Focus : 54ème Royal Concours International de Roses Nouvelles du Roeulx

Le rosier a une faculté d’adaptation climatique extraordinaire. Souvenez-vous de ce que  nous écrivions l’an passé : fortes pluies très abondantes en avril, mai et surtout juin, juillet et août de plus en plus chauds et parfois torrides.

Que dire alors pour 2017 : hiver doux suivi d’un démarrage rapide de la végétation dès la fin mars ; fin avril et début mai, plusieurs périodes successives de gelées sévères occasionnant d’importants dégâts aux jeunes rameaux ; d’avril à juillet, quelques très rares gouttes de pluie ; vu ce déficit en eau, les repercements après la taille de début juillet furent très faibles; août fut froid et enfin pluvieux. Tous les parasites classiques du rosier, surtout cryptogamiques, s’en sont donnés à coeur joie, en particulier la rouille qui, antérieurement était rare au Roeulx.

Emmanuel Delhove, Echevin et Président du concours

Malgré ces conditions, certaines variétés se sont montrées sous leurs plus beaux « atours ». Hélas, d’autres variétés se sont « effondrées ». Dès lors, le Concours 2017 fut très discriminant. Finalement, le Jury International, présidé par Madame B. Copi, Vice-Présidente de la WFRS pour l’Europe de l’Est et Présidente de la « Slovenian Rose Society », décerna 23 prix, auxquels il faut ajouter les deux prix du Public (jugements effectués en 2016), parmi les 138 cultivars proposés par 37 obtenteurs issus de 12 pays, la plupart des variétés faisant partie de la catégorie des rosiers à floraison en bouquets.

Pierre Nuyens, parfumeur et Vice-Président de la Société française des parfumeurs et Jean-Jacques Claustriaux, Vice-Recteur honoraire de la Faculté des Sciences agronomiques de Gembloux et Président du Jury permanent

Une fois encore, le Jury Permanent a observé combien un jugement lors de la seconde floraison était pertinent pour pouvoir mettre aussi à l’honneur certaines variétés qui montrent davantage leur charme en ce début du mois de septembre. Par contre, les rosiers grimpants ont eu difficile à s’exprimer cette année. Quant aux cultivars parfumés, autre critère que le Concours du Roeulx voudrait davantage mettre en évidence, à nouveau, ils furent rares !

La Comtesse Henrianne de Briey, Vice-Présidente de la Fédération mondiale des Sociétés
de Roses pour l’Europe du Sud et Breda Copi, Vice-Présidente de la WFRS pour l’Europe
de l’Est et Présidente de la « Slovenian Rose Society »

Par ailleurs, ce fut sous un ciel lumineux que l’ouverture au public rencontra un succès, chaque année grandissant. Plus de 3000 visiteurs sont venus à la rencontre de La Rose au Roeulx, tout en contemplant les sculptures contemporaines créées par les artistes de l’Ecole des Métiers d’Art du Hainaut et la splendide exposition de sculptures, d’enluminures et de calligraphies mises en valeur dans l’ancien Hôpital Saint-Jacques.

Vente de rosiers organisée durant le week-end du concours

Merci aux organisateurs et aux membres du Comité d’Animation pour leur dévouement tout au long de cette grande manifestation autour de la Rose, en particulier pour l’accueil des 79 membres du Jury International et des nombreux obtenteurs belges et étrangers, venus d’Allemagne, d’Espagne, de France, d’Inde, du Luxembourg, de Monaco, des Pays-Bas, de Pologne, de Slovénie et de Suisse.

Dès à présent, nous ne doutons pas que le 55ème Concours rencontrera un vif intérêt en 2018.

 

E. Delhove, Président du Concours
JJ Claustriaux, Président du Jury Permanent

 

Voir aussi : Photos du 54e Royal Concours International de Roses Nouvelles du Roeulx

 

Share Button